LE TEMPLIER
 DE LA MONTAGNE COURONNÉE
 
CHAPITRE 1
 
 
 
Viviane venait de recevoir son affectation dans l’académie d’Amiens, au lycée professionnel Julie Daubié, à Laon, préfecture du département de l’Aisne. Elle se retrouvait loin de son Alsace natale, mais elle savait que c’était le prix à payer pour obtenir un premier poste. Elle avait travaillé dur pendant plusieurs années afin de réussir ses examens et le CAPLP (Certificat d’aptitude au professorat de lycée professionnel).
Son amour de l’enseignement lui donnait des ailes. Elle se voyait déjà devant vingt élèves studieux, désireux d’apprendre et buvant ses paroles dans un silence parfait.
 
Viviane était une jolie jeune fille de vingt-trois ans, grande, mince, aux yeux bleus et aux longs cheveux bruns souvent retenus par un chouchou assorti à la couleur de ses vêtements.
Elle se présenta au proviseur qui lui fit visiter l’établissement somptueux, conçu dans un mélange d’architectures Napoléon III et contemporaine. Il lui donna quelques renseignements tout en se promenant dans les salles de classe et les différentes cours.
— Sa construction commença en octobre 1884. Les trois cent cinquante premiers élèves arrivèrent en octobre1887 et l’inauguration se déroula en 1888. Un gymnase et une chapelle furent également bâtis. Vous pouvez les apercevoir en contrebas.
— C’est curieux, une chapelle dans un lycée ?
— Non, car les pensionnaires ne retournaient pas tous chez eux en fin de semaine. Ils pouvaient donc se rendre à la messe sans sortir de l’école. Vous voyez, nous sommes ici dans la cour d’honneur, elle donne sur une place qui s’appelait à cette époque Saint-Étienne, puis Saint-Martin et maintenant Robert Aumont.
— Pourquoi a-t-elle changé plusieurs fois de nom ? demanda Viviane.
— Elle a pris le patronyme de l’église Saint-Étienne des Champs. À sa destruction, à la fin du XVIe siècle, elle fut rebaptisée Saint-Martin, car elle faisait face à cette abbaye.
— Et ensuite ?
— Elle est devenue la place Robert Aumont, maire de 1977 à 1983. Ici, à gauche, ce sont les appartements du proviseur, donc les miens. À côté se trouvait le parloir pour les familles qui venaient rendre visite à leurs enfants. Il a été transformé en une salle de réunion.
— Ce devait être difficile pour les élèves de rester plusieurs semaines sans voir leurs parents ! remarqua Viviane.
— C’est vrai. Il y avait aussi un amphithéâtre comme dans les facultés d’aujourd’hui, une infirmerie, un jardin et une cour pour les exercices militaires.
— Des exercices militaires ?
— Oui, cela faisait partie de l’enseignement.
— En tant que professeure d’Histoire, je suis passionnée par vos explications.
— Cela vous intéressera également de savoir que pendant la Première Guerre mondiale, le lycée servit d’hôpital après la bataille du Chemin des Dames. Puis, lors du second conflit, il faillit être la proie des flammes, durant le bombardement de mai 1944 qui démolit l’Hôtel-Dieu et endommagea l’église Saint-Martin.
— Heureusement qu’il n’a pas été détruit. Franchement, il est magnifique, sublime et s’intègre bien dans le cadre de la ville.
— Cependant, nous avons dû, au fil des années, apporter quelques touches, disons plus modernes. En 1988, de nouveaux dortoirs furent installés dans les greniers et les anciens devinrent des salles de cours.
— On voit bien la différence de style, précisa Viviane.
— La cité scolaire abritant un lycée et un collège, les réfectoires se révélèrent trop petits. Vous voyez, là en sous-sol, le restaurant que l’on peut découvrir grâce à cette vaste verrière.
— C’est très osé comme construction. Cela donne un cachet particulier à l’édifice. Mais j’ai une pensée pour tous ces enseignants qui ont, si je puis dire, « essuyé les plâtres » en 1887, enseigné pendant des années, donnant le meilleur d’eux-mêmes à leurs élèves. Maintenant ils sont disparus et tout le monde les a oubliés.
— Certains ont laissé un souvenir impérissable. La chaire de philosophie a été occupée par quelques professeurs illustres.
— Ah bon ! Qui donc ?
— Le romancier et dramaturge Farigoule plus connu sous le nom de Jules Romains a enseigné ici de 1911 à 1914 ainsi que l’écrivain et philosophe Jean-Paul Sartre de 1936 à 1937.
— En effet, c’est une belle carte de visite pour le lycée. Et qui était l’architecte ?
— Un Laonnois. Il s’appelait Georges Ermant.
 
Les escaliers d’époque gardaient encore la trace de tous ces pas d’enfants qui avaient passé une grande partie de leur existence à apprendre, à rire, à jouer et aussi à pleurer pendant les longs week-ends loin de leurs maisons. Les cours carrées, séparant chaque rangée de bâtiments, semblaient encore résonner de leurs cris et de leurs chants.
 
Puis, Viviane se retrouva dans la salle des professeurs où l’agitation des jours de prérentrée était à son comble. Elle se sentit seule, un peu étourdie. Elle s’appuya contre un radiateur et observa la scène qui se déroulait devant elle.
— Les livres de sciences ne sont pas arrivés.
— Es-tu satisfaite de ton emploi du temps ?
— Y a-t-il de nouveaux élèves dans la classe depuis l’année dernière ?
— Tiens, bonjour, tu es nouvelle ?
— Oui, je m’appelle Viviane et vous ?
— Moi c’est Claudine, mais tu peux me tutoyer. Nous sommes une grande famille et tout le monde se dit « tu ».
— Merci. Je ne connais personne.
— Ne t’inquiète pas, tu feras vite connaissance. Viens, je vais te présenter à l’équipe pédagogique.
Viviane se sentit mieux. Elle sourit, serra de nombreuses mains et embrassa plusieurs professeurs qui lui souhaitèrent la bienvenue.
— Bonjour, je suis Olivier, prof de maths.
— Est-ce que les élèves sont difficiles ?
— Parfois, c’est un peu dur, mais rien de comparable avec certaines académies. Quels niveaux auras-tu ?
— Une classe de Seconde et une de Terminale.
— La Seconde sera plus compliquée à gérer, car ce sont de très jeunes élèves.
La première heure de cours de Viviane fut très différente de ce qu’elle imaginait. Trente-cinq élèves la regardaient d’un air méfiant. Ils la détaillaient de la tête aux pieds et ne se privaient pas d’échanger des commentaires sur sa tenue vestimentaire, son maquillage et sa coiffure.
— Bonjour, je suis votre professeure de Lettres modernes, Histoire et Géographie. Nous allons passer six heures par semaine ensemble.
— Tant que ça ? murmura un élève.
Viviane comprit que la tâche ne serait pas facile. Mais elle aimait déjà ces jeunes personnes nullement intimidées par leur nouvelle enseignante.
Le cours terminé, Viviane regagna sa chambre. Le proviseur lui avait octroyé une pièce à l’intérieur du lycée jusqu’à ce qu’elle ait trouvé un studio en ville. Elle s’assit sur le lit en soupirant et se parla à elle-même :
— L’Histoire et la Géographie ne passionnent pas les élèves.
 
Le lendemain matin, elle ouvrit les rideaux et contempla la vue qui s’offrait à elle. Le soleil se levait et irisait les pierres de la cathédrale. Le monument se colorait de rose et d’orangé tandis que la boule de feu se hissait dans le ciel bleuté.
— Il faudra que je prépare un cours sur Notre-Dame de Laon, dit-elle à l’une de ses collègues.
— Oui, mais tu as un programme à respecter et je ne crois pas que cela soit prévu, répondit-elle.
— Je sais exactement ce que je dois enseigner, mais rien ne m’empêche parfois d’ouvrir une parenthèse sur l’Histoire de la ville dans laquelle nous vivons.
— Bien sûr, mais surtout pas en présence d’un inspecteur, d’autant que tu débutes dans la profession.
— Merci pour le conseil, je ferai attention, assura Viviane.
 
Le soir, en sortant du lycée, elle reprit sa quête de logis. Certaines agences immobilières la reçurent sèchement :
— Il aurait fallu vous y prendre avant, Madame. À la rentrée, c’est un peu tard, il me semble.
Viviane répondit sur le même ton :
— Monsieur, j’ai reçu mon affectation au début du mois de septembre, je ne vois pas comment j’aurais pu commencer mes recherches avant !
L’homme s’adoucit :
— Bon ! Je vais regarder ce qu’il me reste. Attendez ! J’ai bien quelque chose, mais ce n’est pas très grand, c’est un meublé.
— Je suis seule, cela me suffira.
— Il est situé dans une toute petite rue du quartier médiéval, sur le Plateau.
— C’est parfait, je n’ai pas de voiture, je pourrai me rendre au lycée à pied.
— Eh bien, quand souhaitez-vous le visiter ?
— Mercredi après-midi, à partir de 14 heures.
— D’accord. Je vous attendrai à l’agence et nous irons ensemble rue Georges Ermant.
— Georges Ermant ? L’architecte qui a construit la cité scolaire place Robert Aumont ?
— En effet, Madame ! Je vois que vous connaissez déjà la ville.
 
Le logement se trouvait à l’étage d’une très ancienne maison. Viviane escalada l’escalier en colimaçon. Il craquait et la rampe tremblait sous sa main. L’agent immobilier la précédait, il soufflait, s’essuyait le front et s’arrêtait toutes les deux marches. Il sortit une énorme clé. La porte s’ouvrit et Viviane pénétra dans la pièce.
Le plafond très bas était orné de poutres en bois sculpté. Il faisait sombre malgré le soleil qui illuminait le ciel. Une fenêtre sans volets donnait sur une rue typique du Moyen-Âge. Viviane fit le tour. Dans un coin, une kitchenette minuscule proposait un évier, une plaque électrique, un petit frigo, un micro-ondes et un placard. Dans un autre angle, une banquette-lit et une télévision faisaient office de salon. Une douche exiguë occupait le troisième renfoncement et une   table pouvant servir de bureau s’encastrait dans le quatrième recoin.
— Alors qu’en pensez-vous ? demanda l’agent.
— C’est petit et puis il ne fait pas très clair.
— Oui, je sais, mais c’est tout ce que je peux vous proposer. Ensuite, il me reste des appartements beaucoup plus grands en ville basse.
— Non, cela ne peut pas me convenir. Quel est le prix de la location ?
— Trois cents euros, charges comprises.
— C’est un peu cher !
— Vous êtes sur le Plateau, dans la zone touristique.
— Il y a beaucoup de touristes ?
L’homme répondit :
— Oui ! Surtout l’été !
— Ecoutez, je le prends. De toute façon, je n’ai pas le choix.
— OK, retournons à l’agence pour remplir les papiers.
Viviane s’installa dans son petit nid et reprit le chemin du lycée. Elle appela sa mère :
— Maman, je suis déjà fatiguée, tu te rends compte. Les élèves sont gentils, mais ils ne s’intéressent à rien et pourtant j’ai tant de choses à leur apprendre.
— Ma fille, c’est le début, tu n’as peut-être pas encore la manière, cela viendra, ne te décourage pas.
— Merci, bisous Maman, à bientôt. Mais ne t’inquiète pas, tout va bien.
Viviane tira les gros doubles-rideaux verts et se coucha. Elle se retourna longtemps avant de trouver le sommeil. Elle dormait quand soudain un souffle passa sur son visage et la réveilla. La jeune fille alluma la lampe de chevet et scruta la pièce. Elle se leva, vérifia les fermetures de la porte et de la fenêtre, se recoucha et se rendormit.
 
Le lendemain matin, Viviane avait tout oublié. Elle se rendit au lycée pour assurer ses heures de cours...